Le repos de Jésus, quintessence de l’évangile


IMG_4642

Vedi qui la traduzione italiana 

« En ce temps-là, Jésus prit la parole et dit : “Je vous bénis, Père, Seigneur du ciel et de la terre, de ce que vous avez caché ces choses aux sages et aux prudents, et les avez révélées aux simples. Oui, Père, car tel fut votre bon plaisir. Toutes choses m’ont été remises par mon Père ; et personne ne connaît le Fils, si ce n’est le Père, et personne ne connaît le Père, si ce n’est le Fils, et celui à qui le Fils aura bien voulu le révéler. Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et ployez sous le fardeau, et je vous soulagerai. Prenez sur vous mon joug, et recevez mes leçons : je suis doux et humble de cœur ; et vous trouverez du repos pour vos âmes, car mon joug est doux et mon fardeau léger”. »

(Evangile selon Mathieu 11, 25-30)

 

Jésus nous invite : « Venez à moi, vous qui peinez sous le poids du fardeau ». Nous tous peinons sous le poids d’un fardeau. Chacun a le sien, fait de ses douleurs, de ses efforts coûteux, de ses espérances déçues, de ses relations parfois difficiles, du poids aussi de la souffrance du monde et de toutes les victimes qui le peuplent.

Et ce poids est parfois aggravé parce que nous sommes plus ou moins ce que l’évangile appelle les « sages et les savants » : entendons que nous portons sur les gens et les choses des jugements arrêtés, des convictions inébranlables mais pas toujours fondées, nous subissons aussi des lois aussi qui nous obligent sans que nous comprenions pourquoi…

Le tout est comme une sorte de corset plus ou moins étroit qui nous enserre, ne nous libère pas et rend le fardeau plus lourd.

Or voici que Jésus nous invite au repos : « Venez à moi, je vous procurerai le repos, vous trouverez le repos pour vos âmes ». Entendons cette invitation, ici, maintenant. La manière d’obtenir ce repos, il nous la dit : « Devenez mes disciples, car je suis doux et humble de cœur ».

Ici il nous faut prendre le temps de regarder Jésus : la douceur et l’humilité ne sont pas des attitudes qu’on puisse définir abstraitement. Il faut ouvrir les yeux du cœur et les regarder, les contempler chez ceux qui en vivent. Jésus, doux et humble de cœur.

Douceur de Jésus, douceur de l’évangile. Celui-ci n’est pas une règle de vie facile, mais quand nous l’entendons sortir des lèvres de Jésus, sourdre de son visage, il n’y a plus de dureté.

La Règle de saint Benoît, qui dessine un genre de vie plutôt austère, se défend de rien imposer, dit-elle, de pesant ni d’âpre : il faut la prendre en douceur, car elle vient de quelqu’un qui veut nous donner la vie. De même, Jésus ne nous adresse-t-il pas alors une invitation à prendre notre vie en douceur ? Et cette douceur ne va-t-elle pas guérir l’âpreté de notre fardeau ?

Mais l’évangile va plus loin : la douceur de Jésus est une révélation de Dieu. S’il nous invite à devenir ses disciples, c’est que Jésus veut nous enseigner Dieu. Dieu, personne ne l’a jamais vu ; il demeure un Dieu caché. Nous ne connaissons pas davantage le détail de son dessein sur le monde, l’histoire, ni même sur la vie de chacun.

Tout cela, c’est ce que l’Ecriture appelle le Mystère ; c’est un livre scellé auquel nous n’avons pas accès. Un seul pourtant connaît : le Fils qui est dans le sein du Père, qui est venu parmi nous et ne désire rien tant que de nous révéler ce qui est caché. En nous invitant à devenir ses disciples, Jésus veut nous introduire en Dieu, nous le faire connaître ; mais il désire aussi nous faire comprendre ce que nous échouons à expliquer, ce qui est plus fort que nous, ce qui parfois nous scandalise, ce qui frôle l’insupportable. En nous proposant de regarder sa douceur et son humilité, Jésus nous révèle à la fois le vrai visage de Dieu et l’art de vivre en douceur dans un monde de violence, l’art de mettre de la douceur aussi autour de nous.

Nous comprenons alors l’invitation à être des « tout-petits ». Cette petitesse n’est pas de l’infantilisme. Elle est la racine encore fraîche et souple de notre être le plus profond. Une sorte de disponibilité sans condition où nous pouvons atteindre, qui permet d’accueillir sans calcul ce qui advient, de « prendre tout en gré » comme ses voix le disaient à sainte Jeanne d’Arc. Alors nous sommes mis sur le chemin de la connaissance de Dieu, de la vision en Dieu des vicissitudes humaines, de ce que Jésus, qui connaît le Père, veut nous révéler. Et il en résulte une proximité respectueuse de tous les hommes, à commencer par les plus proches.

Avec cela, notre fardeau ne disparaît pas. Le repos que veut nous donner Jésus comporte aussi un joug et un fardeau : peut-être est-ce le même que tout à l’heure, mais n’a-t-il a pas changé de sens ? Accueilli dans la douceur et l’humilité du Christ, son poids s’allège et il ne blesse plus les épaules qui le portent.

Il me semble que ce passage de saint Matthieu est comme la quintessence de l’évangile, et en même temps le secret d’une vie, sinon heureuse, du moins apaisée. Ne le laissons pas passer, mais offrons-nous à lui. Allons à Jésus doux et humble de cœur, et entrons dans le repos qu’il nous offre.